Le temps du Seigneur, le temps des Blancs et le notre ou l’heure sénégalaise

Article : Le temps du Seigneur, le temps des Blancs et le notre ou l’heure sénégalaise
26 novembre 2013

Le temps du Seigneur, le temps des Blancs et le notre ou l’heure sénégalaise

cieljyoti.wordpress.com

Crédits photos : cieljyoti.wordpress.com

N’allez pas croire que nous avons notre heure à nous, comme ces Toubabs qui s’amusent à ajouter ou à retrancher une heure, selon la saison, au Temps du Seigneur. Car il faut bien le dire, l’heure nous appartient certes, ça c’est vrai, c’est une création de l’homme, et la minute et la seconde et la montre qui les héberge tous, et les tracas et soucis qu’elles nous causent, mais le Temps ce n’est pas à nous, c’est au Grand Patron, c’est son invention, alors respectons son droit d’auteur !

Se plaindre du Temps ou ne pas s’en accommoder, c’est comme la souris dans sa cage au laboratoire qui en a marre de la promiscuité qu’on lui impose (comme si elle connaissait quelque chose en matière de budgets serrés en ces temps de crise), ou le ver dans l’intestin (le votre, pas le mien) qui se plaint de ne pas dîner à des heures fixes.

Nous, le temps, ou l’heure, pour être plus exact, on n’en a rien à battre. C’est une sottise importée du Pays des Blancs. Avant eux, c’était le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest, on se lève avec le soleil et on se couche après lui, sauf si la lune daigne le suppléer. Et tout était réglé comme la succession du Fils au pouvoir après la mort du Père, selon la volonté du Saint-Esprit, le peuple.

Les Blancs, c’est la pire chose qui puisse arriver à un Africain, après les Noirs qui nous dirigent, s’entend. Eux, ils sont… Noirs et Blancs ; allez savoir même si c’est leur vraie couleur. Bref.

Je m’égare ; revenons à notre sujet du jour : le temps, et surtout l’heure sénégalaise.

Ce n’est rien d’autre que la fâcheuse habitude qu’ont mes compatriotes de se moquer éperdument d’arriver à l’heure à un rendez-vous ou de se pointer à l’heure au boulot.

Je vous donne un exemple : Supposons que vous deviez retirer un document administratif dans un des nombreux services de l’Administration sénégalaise. Même si l’on vous dit de venir à huit heures pétantes, surtout n’y allez pas à cette heure. Ou alors emportez un livre avec vous, ou un tricot, ou mieux, un tabouret pour vous asseoir. Vous en aurez besoin, car vous risquez fort de perdre votre temps et de vous tourner les pouces. Allez-y vers neuf heures, neuf heures trente, voire dix heures. Et croisez les doigts : on tombe souvent malade chez les fonctionnaires.

Et le comble c’est que si vous vous pointez en retard, vous n’avez plus qu’à revenir demain ou un autre jour. Car la dame (c’est presque toujours des dames) sera déjà partie. Ils n’arrivent jamais à l’heure et repartent toujours avant l’heure. Si l’heure de la descente (c’est ainsi qu’on nomme la fin de la journée de travail chez nous) c’est treize heures, ne venez surtout pas après midi. Vous n’y trouverez que les travailleurs consciencieux (fort rares, mais ils existent) et des couloirs et des bureaux vides. Et on se demande toujours pourquoi le pays en est là ! Bref, ça c’est pour l’administration.

Avec le commun des mortels, le citoyen lambda, le Sénégalais moyen, c’est la même chose.

Si vous avez l’intention de lui fixer un rendez-vous, renoncez-y si vous le pouvez. Sinon, donnez-lui le temps de venir à l’heure. – Tout ce que je viens de dire plus haut est tout à fait logique – Car son heure n’est pas la votre. Vous lui dites : « On se voit à 15 heures ». Il vous entendra, il vous comprendra mais il n’en fera qu’à sa tête. Son heure n’est pas la votre.

Ceci est vrai à un tel point qu’il s’est créé une nouvelle expression pour dire venir à l’heure :
– On se voit demain, sans fautes.
– T’inquiètes. C’est noté. A quelle heure ?
– 18 h. Heure américaine.
– Tu crois parler à qui ? J’y serai.

Il y sera, c’est indéniable. Au Sénégal, on ne pose pas de lapin ; on dit juste au lapin de vous dire de nous attendre, de patienter. De nous donner le temps d’arriver à l’heure. A notre heure. Mais seul Dieu sait quand.
A bon entendeur. Salam

Partagez

Commentaires