5 6 7 rues plus loin

5 6 7 rues plus loin

« Garçons jouant au foot » par Olivier Epron Une rue une de celles où j’ai perdu mon enfance et ma jeunesse j’y ai grandi joué au foot, j’y ai fait le fou, j’y ai découvert l’amitié Une rue joyeuse, éclatante, comme un soleil d’été à la plage un après-midi rue sablonneuse bac à sable Une rue d’enfants qui ne savent pas ce qu’est la vie Car la vie à cet âge c’est juste un matin un midi et un soir et…

Lire la suite Lire la suite

L’enfant et … Proust

L’enfant et … Proust

  Un enfant, dans la solennité silencieuse d’une bibliothèque. Intimidé, il s’approche d’un rayon hésite puis choisit un livre Proust     un pavé de 750 pages ! Il le dépose sur une table  s’assoit le feuillette encore et encore comme cherchant quelque chose ! « Comment un livre peut-il être sans images » semble-t-il se dire Enfant je me disais la même chose          comme tout le monde Une minute plus tard   – A-t-il tout lu ? – il repose Proust et s’en court au rayon Jeunesse…

Lire la suite Lire la suite

Une nuit de lecture ou pensées en vrac

Une nuit de lecture ou pensées en vrac

Assis, seul à lire des blogs, des lettres, des paroles ou lyrics (cela dépend de celui qui parle), et des articles, qui parlent de tout et de n’importe quoi. Envoyé valser Boris Diop et son Cavalier pour aller surfer – est-ce que ça se dit toujours – sur le net. Quoi de neuf aujourd’hui chez CIA, NSA et compagnie – nous naviguons au beau milieu des eaux américaines ouvertes au public et nous nous étonnons que l’on soit surveillé –…

Lire la suite Lire la suite

Une nuit dakaroise

Une nuit dakaroise

C’est la nuit. Rien à faire. C’était pendant la panne sèche.Pas de films, marre des livres (il m’arrive parfois d’en avoir marre, mais cela ne dure jamais, Dieu merci !, juste quelques heures). Que faire alors ? Pourquoi pas un article pour Mondoblog ? Ecrire. Je voulais écrire un article et j’ai écrit ceci. J’ai voulu alors le ranger dans un tiroir, comme tous les autres, comme tant d’autres. Il en est sorti de lui-même. Alors le voici : j’espère…

Lire la suite Lire la suite

Partir…

Partir…

A ceux qui sont morts en voulant fuir « l’enfer » de leur pays et qui voulaient rejoindre l’Espagne, qui signifie l’eldorado pour eux. Ceux qui croient que partir est la seule issue. Partir, à tout prix. Pour peut-être revenir un jour, la tête haute. Ces quelques vers, qui n’y feront rien.     Une vague. Dessus La vague Des hommes qui rêvent… Partir Ailleurs Qu’importe où Partir Qu’importe Le risque La mort L’oubli Partir Est-ce une folie ? Est-ce une bêtise…

Lire la suite Lire la suite

Donnez-moi mes 3000 francs (voire plus)

Donnez-moi mes 3000 francs (voire plus)

  Une fois n’est pas coutume, je vais parler de politique. Et qui dit politique au Sénégal, en ces temps qui courent, parlera forcément de la traque des biens supposés mal acquis. De quoi s’agit-il ? D’une chose très simple. Sous le régime précédent, celui de Wade (chassé dans les conditions que l’on sait), c’était un secret de polichinelle que nos finances publiques avaient été pillées, détournées, vampirisées par tous ceux ou presque qui s’en sont approché. Avec l’avènement de…

Lire la suite Lire la suite

Panne sèche… (et autres)

Panne sèche… (et autres)

Panne sèche.  Pas de signe de vie depuis trois semaines, la faute à l’inspiration; aucun sujet et, manque de bol, problème d’ordi. Alors on fait appel au tiroir où dorment les « poèmes commis, inédits et qui redoutent la lumière ». Place au poème… et bonne lecture. A bientôt, j’espère.    Les pauvres -et quelques intrus –  (titre provisoire) Dans mon pays, les pauvres  – et quelques intrus – dorment, dehors, à même le sol. Ils ont si peur de la mort…

Lire la suite Lire la suite